Où un 1+1+1= Carnage

Les acteurs

Le Nain Brril : Ancien membre de la Mafia des Nains
FidelCass Trol : Troll enchanté, marié, 2 enfants
L’elfe Rara : Aventurière (apprentie) chassée de son vilage car trop curieuse de tout.

 
Narlax : Mage richissime, chassé de son donjon suite au prétendu non-paiement des taxes dues à l’OMASO
Ducon alias Etoi : Sbire de Narlax, humain amnésique.

Map

Partie

Après s’être fait chassé du village de Valtordu, le groupe s’est mis en marche en direction du Sud utilisant une carte partielle de la région.

Arrivé près d’un pont, le groupe se trouva face à un poulet. Après bien des délibérations, le groupe décida de contourner celui-ci. Fidelcass, le troll étant passé trop près de ce poulpoul, s’est vu attaqué par le poulet. Suite à ses réflexes troll, il a réussi à attraper le poulet et à lui tordre le cou avant d’être blessé. Prévoyant et n’ayant pas faim pour le moment, surprenant pour un troll mais c’est certainement un éffet de la trop grande consommation de vin en début de matiné. Heu non, même là c’est bizzare pour un troll.

Le groupe avait à peinepassé le pont au dessus de la rivière déchainée, qu’un paysan apparaissait demandant si le groupe n’avait pas vu un poulet. Le pauvre homme avait perdu son poulet de concours. Regrettablement pour lui, le brave homme vis sur le troll les plumes qu’il avait laissé suite à la bagarre.

– » Mon poulet ! Vous l’avez tué bande de rustres d’aventuriers à la gomme haras Bique bique rage »

Le pauvre homme à moitié fou de rage, s’élança vers FidelCass dans l’intention de le rosser. On voit bien qu’il en était devenu fou, le gars. Bien qu’enchanté, Fidelcass, n’allait pas se laisser embeter par un simple humain.

Le nain, pour faire diversion fit tomber un étrange objet appelé Stylh’ho-Au’t au pied de Rara. L’elfe voyant une occasion de chiper un objet à Brril le nain, se pencha, laissant voir sa très petite culotte à fraise et le fessier que cette dernière peinait à couvrir.
–  » Aaarrg! je veeeeeeeuuuuuuux » hurla le paysan à la vue des atouts maitres de l’elfe avant de se jeter sur elle ses intentions claires pour tous et partagées par certains membres du groupes.

– Pas touche proclama Fidelcass en attrapant le paysan par la peau du coup.

Brril, ne voulant pas être privé d’une relation non consentie entre le paysan et l’elfe (le viol de l’elfe par le paysan, quoi) tenta de maitriser le Troll. Bien mal lui en pris car, dans sa maladresse, Brill trouva le moyen de louper le troll et de se blesser.

D’un coup unique et bien placé, Fidelcass assomma le paysan avant de le bouloter, nonoss compris.Prudent, Narlax, le mage, s’empara des vêtements du paysan et se chaussa de ses bottes de cuir. Il confia à Ducon ses bottes lourdes. 4kg la botte c’est lourd hein. Un léger fumet commença à s’élever des pieds de Narlax celui-ci souffrant désormais de la condition « Sentir des pieds » en plus de son bâton qui pue.

Se remettant en marche, la compagnie se mis à longer un champ de blé prêt à être récolté.

Brril, frustré de ne pas avoir de rations de voyage, entra dans le champ histoire de se prendre de quoi se faire à manger. ça mange de tout un nain. Narlax, malgré ses rations lui emboita le pas et les deux canailles commencèrent à défricher le champ.

– » bande de vandales sortez de mon champ ! » éructa une paysanne. « Vous avez tué mon mari, assassins, tueur, vilains pas beau ! »

Quelque peu énervé, Narlax décida d’envoyer un cone de feu vers la paysanne. Brril ne se sentant pas de griller, étant dans le champ, de blé, et d’action du cône, tenta d’interrompre le mage. Ducon, fidèle à son rôle de sbire se porta au secours de … heu non, se mis à couvert tandis que le nain se précipitait vers Narlax. Toujours aussi adroit, Brill se pris les pieds dans une racine et tomba se cassant le bras !

Heureusement Narlax, visa juste et réduisit la paysanne et le reste du champ en cendre.

Ce dernier point offusqua Fidelcass qui s’exclama alors, « c’est trop cuit maintenant ».

(Le MeuhJeuh quelque peu affligé, se demanda, un peu tard, quel groupe de joueurs il avait à sa table. Des joueurs qui dégomment un PNJ qui est au courant d’informations qu’il ne peut avoir s’il n’est pas spécial … c’est un peu étrange)

Bien amusée par la maladresse du nain, l’elfe était pliée de rire. Le nain bien énervé tenta de l’assommer mais manqua à nouveau son coup. C’est à se demander si le nain n’avait pas un peu de sang d’elfe dans les veines à défaut de sur ses vêtements.

L’elfe morte de rire, le troll affligé, et écartelée entre son devoir d’obéir à l’elfe et son amitié avec le nain, un humain terrifié, en apparence, caché derrière un mage excédé, tel est le tableau qu’une silouette contemple de loin en lisière de la forêt.
–  » Et ben c’est pas gagné », marmonna la silhouette.

Le nain rageur ordonna à son chien d’attaquer l’elfe. Le chien, perturbé par la fumée, sans doute, mordit à pleines dents le fessier du pauvre nain lui arrachant une volée de juron digne de son ancètre Gurdil lequel doit bien se marrer d’en haut au paradis des nains.

Après ce nouvel échec les aventurier se dirent qu’il serait temps de mettre un peu de distance entre eux et la scène de dévastation. Leurs sac remplis de blé, les aventuriers se décidèrent enfin à reprendre la route.

(Au grand soulagement du MeuhJeuh qui commençait à se demander s’il allait pouvoir arriver au bout du scénario de la partie )

Arrivés à un deuxième pont, les aventuriers se rendirent compte rapidement que celui-ci n’était pas en bien bon état et que la rivière avait encore forci.

– « On va envoyer l’elfe en premier pour tester » proposa le nain.

– « Toujours aussi courageux, le nain ! » rétorqua l’elfe qui s’engagea sur le pont.

Le nain profita que tous regardaient l’elfe sur le pont pour lancer sa masse d’acier en direction du pont. Hélas pour le nain, Fidelcass Trol intercepta et lui retourna la masse qu’il se prit dans le bide.

– « Mais quel con ! »

Ce cri du coeur porté par le vent flotta depuis la lisière de la forêt jusqu’aux oreilles de Ducon, le seul a y preter attention. Le nain étant incapable de marcher, le troll le pris sur l’épaule pour se rapprocher du pont.

Il devint clair pour tout le monde que le pont, pouvant à peine supporter le poid de l’elfe, ne supporterait pas le mage et encore moins le troll avec son fardeau. L’option de noyer l’elfe, ou de l’envoyer traverser pour aller chercher de quoi renforcer le pont, ou alors de continuer vers le sud pour trouver un autre passage ayant prompté un nouveau débat menaçant de dégénérer en bataille rangée, Narlax invoqua à nouveau son élémentaire d’air lui intimant de leur faire passer la rivière.

(Le meuhjeuh bien content de l’erreur de Narlax se dit qu’il allait pouvoir se venger un peu mais déchanta à la vue des jets d’adresse des joueurs. Fichus D20 de m*$ù£*:!)

L’élémentaire envoya valdinguer les membres du groupe par dessus la rivière.

L’elfe se reçu parfaitement et avec grâce permettant au mage d’admirer sa très mignonne culotte à fraise durant le vol.

Le mage perturbé par la vue de la dite culotte, senti sa résistance à l’air augmenter ce qui lui permit d’atterrir sur ses pied eu égard à une prise de poids soudaine du bas de son corps.

Ducon se ramassa comme à son habitude mais s’en sorti sans trop de dommage.

Le troll laissa tomber le nain qui se luxa l’épaule droite. Un bras droit cassé, une épaule droite luxée, une fesse bouffée, le tout sans réussir à balancer un coup qui atteigne sa cible, il est pas près d’accéder au paradis des nains celui là.

Après une nouvelle discussion réglée à coup de poing, les aventuriers se dirigèrent vers une ferme pour essayer de trouver un véhicule pour progresser plus vite sur la route surtout avec un nain blessé.
Le trajet jusqu’à la ferme se déroula sans péripétie notable.

(Les jets dans la table des rencontres disaient le contraire mais le MeuhJeuh se disant que vu la table, les PJ risquaient plus de se faire dégommer ou de s’entretuer que de prendre des infos pour leur quêtes autant tricher un peu que beaucoup pour les garder en vie.)

Arrivé à la ferme, nos aventuriers se rendirent compte que ce n’était pas une petite exploitation. L’exploitation était organisée autour d’une grande cour en terre battue, sur la gauche, le batiment principal, faisait face de l’autre coté de la court à une grande grange dont les portes ouvertes laissaient entrevoir plusieurs chariots et charettes. Entre les deux batiments et complétant le U, un troisième batiment semblait combiner étable et écurie.

Nos aventurier se présentaient devant la porte du bâtiment principal quand celle-ci s’ouvrit. Une belle femme se précipita en hurlant sur le troll.

– A moi le velu, je te veux !

– Mais madame allons un peu de tenue. Je suis marié

– M’en fout j’te veux! j’a point vu d’male depuis qu’mon Jerôme a foutu l’camp à l’aventur’. mmmmmmffmmf

Le troll laissa tomber le nain pour tenter de se débarrasser de la femme qui loin d’être farouche abandonna les levres du troll pour une autre partie de son intimité.

– Bon tu fait quoi, là Fidelcass ? fit l’elfe. Tu n’es pas marié ?

– Si mais comment tu veux que je fasse. Etant enchanté, je ne peux pas faire du mal à une femme qui ne me fait pas de mal.

(Le meuhjeuh est bien content que le troll ait loupé tous ses jets d’agilité, arf arf arf)

– Et cette furie alors ?

-ah ben crois moi, elle ne me fait pas mal là. Oh ouiiii.

En effet, la paysanne, très determinée, avait arraché le pagne du troll et démontré ses connaissances anatomiques.

(Echec critique d’agilité du Troll, le MeuhJeu est vengé, et le Troll autrement engagé, niark niark niark* (*MeuhJeuh très content) )

Le nain mort de rire, ne pouvait détacher ses yeux de la scène qui se déroulait devant lui. L’elfe, malgré ses protestations ne détournait pas son regard et ne pouvait nier que certaines sensations, pas désagréables du tout parcouraient son corps tendu et que ses tétons durcits frottaient contre la douce étoffe du bustier de sa robe provoquant une gène bien agréable.

(bon passons sur la scène porno du troll et érotique de l’elfe pour nous interesser aux autres participants, maintenant que le Meujeuh s’est un peu amusé.)

Narlax ignorant le spectacle, se précipita à l’intérieur du bâtiment en contournant la femme et Fidelcass en pleine copulation. Ducon, bien que fasciné par le spectacle suivit son maitre et accompagnés de l’elfe très perturbée par les sensations nouvelles que le spectacle avait éveillées.

Se saisissant de grandes besaces, les trois aventuriers les remplirent de toutes les victuailles pouvant voyager. Fromages, saucissons, jambons secs, miches de pains, gourdes de bière et outres de vins constituèrent le butin d’une demi-heure de pillage. Narlax, prévoyant, profita de l’occasion pour remplir une autre besace de vêtements divers.

Ducon se chargea de porter les sacs au fur et à mesure dans deux chariots ou charrettes. La première était attelée de deux chevaux de traits tandis que l’ogre devrait tirer la deuxième.

Une rumeur grandissante provenant de l’arrière de de la battisse, attira Narlax et l’elfe à la fenêtre.

– les paysans rentrent, hurla l’elfe.

– Courage, fuyons rétorqua Narlax.

Ducon, fidèle à lui-même, se précipita vers la première charrette et, n’attendant personne, fouetta les chevaux et les lança au grand galop laissant là ses compagnons.

– Ah le con ! s’exclama Narlax

– Tu veux dire Ducon ? demanda Rara.
– Non Rara, Ducon est un con qui vient de partir avec tous les sacs en nous laissant là ! Fidelcass mets tout le monde dans l’autre charrette et tirons-nous. Les paysans arrivent.

– Cré binsoir, m’laissez moué donc pas ! Ces peq’nots m’f’ront la peau s’il m’trouvent là.

Fidelcass semblait gêné et regardait la paysanne. Il demanda

– on fait quoi de celle-là ?

Narlax commença a invoquer une boule de feu quand Fidelcass, les yeux suppliant demanda

– On peut l’emmener avec nous ? J’ai jamais eu de petit animal de compagnie ?

– Bon tout le monde dans la charrette et Fidelcass tire nous de là !

Fidelcass de très bonne humeur s’exclama –  » Merci Narlax  » et jeta l’elfe et le nain dans le berceau de la charrette et posa Narlax et la paysanne sur le banc. Il s’arnacha et s’élança sur la route à pleine vitesse décourageant les paysans arrivés dans la court de les poursuivre.

Brril et Rara secoué dans le berceau du chariot, se heurtaient l’un à l’autre et Brril à chaque fois tentait d’envoyer un coup de poing de son bras valide sur cette brave Rara qui, invocant une de ses compétences particulières, baissa sa culotte et envoie un pet de toute beauté dans la figure de Brril histoire de le calmer un peu en l’asphyxiant.

(Là le meuhjeuh hilare regarda le jet de l’elfe et proclama, « Réussite super critique. ça va ch…. »)

En effet, maitrisant mal sa comPETence, Rara balança la purée de boudin et Brril se vit gazé et recouvert d’une couche de résidu de digestion. Un elfe des forets étant végétarien, le résultat fut absolument cataclysmique.

Les chiens envoyés à la poursuite de nos héros, dégouté par le mélange d’odeurs de souffre du mage, de maaale et de fauve du troll, accompagné par l’odeur des pieds du nain et du mage, merci les bottes de cuir, renforcé par l’odeur de déjections lié à la compétence de l’elfe firent demi-tour. Tous sauf les deux limiers les plus performants qui firent une crise cardiaque suite au choc de l’odeur.

(Le meuhjeuh est à nouveau dégouté de ne pas pouvoir exploiter un de ses pièges !)

– Ils se dirigent vers le donjon de Val Tordu. Pas la peine de les suivre. Ils amènent votre tribut à Zangdar.

Les paysans interloqués, se tournèrent vers la voix et virent s’éloigner une sillouette drapée de noir dans la direction qu’avaient prise les chariots.

Nos aventuriers rejoignirent Ducon au pied d’une tour que Narlax ne pouvait que reconnaitre.

– Mon donjon, se lamenta-t’il. Bon, il va faire nuit dans une heure autant camper ici. Ducon ! allume un feu et dresse moi un abri contre le mur du donjon.

– Moi je vais aller faire une toilette dans le buisson, décréta Rara.  » Et autant laisser le nain dans la charrette. Il pue trop. On pourrait la bruler, non ? Avec Brill bien entendu.

– Ah tiens, tu t’adoucie Rara, tu a appelé notre compagnon par son nom s’étonna Fidelcass.

-ah non ! Surement pas il est trop moche.

(Le meuhjeuh, content d’être au moins arrivé au donjon de Val Tordu à défaut d’être arrivé aux montagnes, décida d’arrêter là pour cette partie.  » Quand je pense qu’on a pas fini même la première partie de la campagne en 2 parties. va falloir ajuster le scénar’ et rallonger le planning. »)

Print Friendly